01 Aug 2019

Le Sport : Mieux vaut tard que jamais

Le Sport : Mieux vaut tard que jamais

Actualités

Le saviez-vous faire du sport ne nécessite pas que cela soit difficile.
Les professionnels disent même qu’il n’est jamais trop tard pour s’y mettre.

 


 

Lin Ekblom-Bak, ancien joueuse de football professionnel en Suède,
avec trois enfants à la maison en est un exemple.
Bien qu'elle joue encore au foot de temps à autre pour son plaisir personnel, 
entre le travail et la vie familiale, il lui est difficile de faire de l'exercice régulièrement.

 

Pourtant, en tant que scientifique étudiant les effets de l’activité physique sur le corps humain, Ekblom-Bak nous confie qu’il est important d’essayer de faire de l’exercice.

Pour suivre sa démarche qui est celle de faire de l’exercice tous les jours, elle utilise son vélo comme moyen de locomotion pour aller jusqu’à son lieu de travail, l’École Suédoise des Sciences du Sport et de la Santé à Stockholm.

"C'est brillant à bien des égards ", dit-elle, soulignant que cela l'aide à faire de l'exercice et qu'en plus de cela, c'est bon pour l'environnement.
Elle monte aussi les escaliers au lieu de prendre l'ascenseur et joue avec ses enfants à l'extérieur dès qu'elle en a l'occasion.

Cela peut paraitre évident comme réflexe pourtant Ekblom-Bak est différente de la plupart des gens dans les sociétés occidentales, qui sont de plus en plus sédentaires avec le temps.



Aux États-Unis, seulement 20 % des adultes et des adolescents pratiquent une activité physique suffisante, selon des études et des directives gouvernementales. 
 



Entre-temps, Ekblom-Bak et d'autres chercheurs ont découvert que même une activité
physique modérée ( comme la marche rapide, la danse ou même le jardinage ) peut améliorer le bien-être physique et mental et prolonger la vie.

Les gens pensent que pour être en forme, ils doivent s'inscrire en salle de sport et s'entrainer assidument ", dit Ekblom-Bak. "Mais ça n'a pas besoin d'être si compliqué."

A vrai dire Ekblom-Bak et ses collègues ont récemment découvert, à travers une étude qu'ils ont menée, que tout mouvement, quel qu'il soit, à un lien avec l'allongement de la durée de vie.



Leur étude a été réalisée sur 316 137 Suédois âgés de 18 à 74 ans avec pour but
d'évaluer leur condition physique en mesurant leur absorption maximale d'oxygène
(VO2 max) pendant qu'ils faisaient du vélo.

 


La VO2 max est la quantité maximale d'oxygène que les muscles reçoivent du cœur et des poumons, mesurée en millilitres par minute par kilogramme de poids corporel. 
Au fil du temps, le risque de décès prématuré était réduit d'environ 3 % pour chaque millilitre d'augmentation de VO2 max.


"Des bienfaits ont été observés sur la condition physique des hommes et des femmes, dans tous les groupes d'âge et à tous les niveaux de condition physique ", ont déclaré les chercheurs lors de la présentation des travaux en avril dernier à la Société européenne de cardiologie.


Il est important de noter que les personnes dont la VO2 max était la plus faible au départ, sont celles avec le plus grand potentiel d'amélioration avec près de 9 % de réduction du risque de mort prématurée par incrément de VO2 max d'augmentation.
 



Pour qu'une personne lambda puisse maintenir ou améliorer sa VO2 max, et donc sa forme aérobique, l'activité physique ne doit atteindre que 60 % de sa capacité maximale, explique Ekblom-Bak. A contrario, les gens qui ont déjà une bonne forme physique devront fournir plus d'efforts.

Cela signifie que même si vous êtes un adepte du canapé, la quantité d'effort que vous devriez consacrer à l'activité physique n'a besoin que d'être " assez difficile " sur ce qu'on appelle l'échelle Borg de l'effort

Mise au point il y a plus de 30 ans cette échelle a été mise au point par le chercheur Gunnar Borg, de l'Université de Stockholm, afin d'estimer la fréquence cardiaque en fonction des sensations d'une personne, quel que soit son niveau de forme.


D'autre part, de nombreuses recherches confirment également que l'exercice conventionnel ou l'activité physique modérée, quelle qu'elle soit aide à améliorer la santé physique et mentale et mais aide aussi à prolonger la vie.


Mais une question se pose alors.
Faut-il nécessairement avoir commencer une pratique d'activité physique jeune pour profiter de ses bénéfices ou peut-on tromper le système avec un démarrage du sport plus tardif ?

Pedro Saint-Maurice, chercheur à la Division de l'épidémiologie et de la génétique du cancer de l'Institut national du cancer, et ses collègues ont récemment étudié cette question.

 

La recherche a établi que l'activité physique en milieu de vie ( de 40 à 60 ans ) a des effets bénéfiques importants sur la santé.
Mais son équipe voulait en savoir plus sur les effets de l'augmentation ou de la diminution des niveaux d'activité physique à l'âge adulte.

 

  • Dans une étude publiée le 8 mars dernier dans la revue JAMA Network Open
    Ils ont analysé une base de données de 315 000 adultes américains qui répertorie leur niveau d'activité physique à partir de 1995.​​
    Au cours de l'étude, 71 377 personnes de l'étude sont décédées.

(cependant, il faut noter que les données fournies par autodéclaration ne sont pas les plus fiables)

Saint-Maurice résume les principales conclusions en divisant les sujets de l'étude
en trois groupes :

  • Constant : Ce sont les personnes qui sont actives tout au long de leur vie adulte (avec une activité physique d'au moins deux heures par semaine) présentant un risque de décès de 30 à 35 % inférieur pendant la période d'étude, ce qui correspond aux attentes des chercheurs.
     
  • Diminution : Ce sont les personnes qui ont été actives, mais qui sont devenues moins actives au milieu de leur vie. Cette catégorie de personnes a perdu la plupart des bienfaits de leur activité physique passée.
     
  • Augmentation : Ce sont les personnes qui sont devenues physiquement actives au début de la vingtaine, ou plus tard dans la quarantaine et qui ont vu leur risque mortalité chuter de 30 à 35 %.

 

"C'était la découverte la plus intéressante", selon Saint-Maurice.
Ces résultats suggèrent que si vous êtes actif au début de l'âge adulte, restez actif !
Ne diminuez pas.
Si vous avez entre 40 et 60 ans et que vous n'êtes pas actif depuis longtemps, il n'est pas trop tard pour vous mettre à faire de l'exercice maintenant.


 



De nombreuses recherches ont démontré les bienfaits importants de l'activité physique  - dans tous les groupes d'âge, y compris l'amélioration de la capacité cérébrale, de l'humeur, de la mobilité et de la longévité.

  • Une étude récente a révélé que l'activité physique modérée épaississait
    les parties du cerveau de façon bénéfique et conduisait les personnes de 60 ans, qui étaient sédentaires, à obtenir des résultats comme si elles avaient 20 ans
    de moins sur des tests de fonction exécutive ( soit la capacité de faire attention, d'organiser et d'atteindre ses objectifs ).

 

  • Une autre étude a révélé qu'une activité modérée comme la marche rapide, la danse ou le jardinage, pendant seulement une heure par semaine, réduisait le risque de mort prématurée de 18 % sur 14 ans chez un groupe de personnes âgées de 40 à 85 ans.

    Il a été démontré que même des marches rapides quotidiennes d'à peine 10 minutes peuvent aider à retarder les effets débilitants de l'arthrite et permettre aux personnes âgées de rester mobiles.

Et plus, c'est encore mieux : Les personnes qui font de 2,5 à 5 heures d'activité par semaine peuvent voir ce risque diminuer de 31 %.

 



Selon les directives gouvernementales, les adultes devraient faire
au moins deux heures et demie d'activité physique modérée par semaine.
Pour toutes les personnes qui souhaitent pratiquer un effort plus intense,
il est vivement conseillé de commencer par consulter un professionnel de la santé.

 

Mais les faits sont clairs : ce qui compte, c'est de commencer.

" Un bon début pourrait être d'inclure plus de marche dans la routine quotidienne d'un individu, que ce soit simplement garer la voiture plus loin, prendre des escaliers au lieu de l'ascenseur ou faire de la marche rapide ", dit Saint-Maurice.

 

Bien sûr, plus on en fait, mieux c'est.